Sign in / Join
man standing behind flat screen computer monitor

Études de cas sur la faillite des entreprises

Dans le monde des affaires, la gestion d’une entreprise est une tâche que surmontent difficilement les responsables. Il arrive parfois que certaines entreprises se retrouvent en situation de faillite. Autrement dit, ces entreprises finissent par manquer de ressources pour faire fonctionner le système. Dans ces conditions, les enjeux deviennent problématiques pour elles. De plus, certaines interrogations surviennent : quelles sont les causes, manifestations et approches de solutions. Découvrez dans ce texte, une étude de cas des entreprises en situation de faillite.

Quand parle-t-on de faillite d’une entreprise ?

De façon générale, la faillite d’une entreprise est définie comme une situation de difficulté que peut traverser toute entreprise formellement créée. Cette situation de difficulté est encore appelée "cessation des paiements" d’une entreprise, en droit.

Lire également : Les responsabilités légales liées à l'e-commerce en France

En termes simples, cette cessation de paiements est une incapacité des actifs (entrées de caisse, comptes en banque, liquidités, etc.) de l’entreprise à combler ses passifs (avis d’imposition du Trésor public, salaires des employés, créances, dettes de fourniture et autres charges).

Compte tenu de cette définition de la faillite d’une entreprise, il importe de préciser que celle-ci peut affecter tous les types de statut juridique en entreprise (SARL, SA, établissement, etc.). Aucune forme d’entreprise n’est non plus épargnée.

A lire en complément : Les enjeux essentiels et les procédures clés à connaître pour les fusions et acquisitions d'entreprises du point de vue juridique

La faillite d’une entreprise prend effet, dès la déclaration officielle de l’incapacité de l’entreprise à faire face à ses devoirs financiers avec son patrimoine (actifs). Et le bilan annuel en sera la preuve concrète.

Quelles sont les causes de la faillite des entreprises ?

En s’attardant aux considérations, les causes de la faillite des entreprises sont assez diverses en France. Ces causes dénotent à la fois d’éléments internes et externes à l’entreprise. À l’interne, la première cause de faillite des entreprises est la mauvaise organisation. Plusieurs entreprises, à leur création, faussent les bases d’une bonne organisation.

Ceci peut être dû à une mauvaise élaboration des termes, principes et règlements de l’entreprise. D’un autre côté, la mauvaise organisation peut être le résultat des malversations (gaspillage, détournements, etc.) des dirigeants ou responsables de l’entreprise. Sans compter, l’insolvabilité des clients débiteurs de l’entreprise qui contribue beaucoup à la fragilité des finances de cette dernière.

Aussi, les erreurs de gestion n’améliorent guère la situation financière d’une entreprise. Au contraire, elles la fragilisent. En effet, les stratégies de gestion, le plan d’affaires (business plan), les décisions financières et autres actions incontrôlées sont autant de choses pouvant occasionner des erreurs de gestion. Chacune de ses erreurs peut facilement donner accès à la faillite.

Par ailleurs, certaines causes externes de la faillite des entreprises sont aussi identifiables. Ces causes ne dépendent pas du système de l’entreprise, mais de facteurs externes. Par exemple, les programmes et décisions gouvernementaux allant en défaveur du domaine d’activité d’une entreprise, peut aisément pousser cette dernière à la faillite. La pandémie de la Covid-19, ayant secoué le monde depuis 2020, représente, de même, une cause de faillite des entreprises.

Quelles perspectives adopter pour prévenir une faillite ?

Les difficultés financières rencontrées en entreprise sont des signes cliniques d’une future faillite. Et dans cette circonstance, il urge de recourir à des approches de solutions pour ramener l’ordre financier. En premier, la négociation des créances est la solution à adopter. Elle est d’ailleurs primordiale, car permettra d’obtenir des sursis auprès des créanciers, ainsi que la faveur de compréhension. Plus précisément, il s’agit d’une solution préventive.

Deux principaux procédés de négociations des créances sont possibles : la procédure conciliatoire et le mandat ad hoc. En second lieu, la procédure judiciaire représente une autre forme de perspective pour prévenir la faillite des entreprises. Cette méthode requiert un lancement de procédures judiciaires dites collectives, telles que : le redressement ou liquidation judiciaire et procédure de sauvegarde.

Comment les entreprises peuvent-elles se relever après une faillite ?

Une entreprise en faillite subit les affres des mauvaises décisions, de la concurrence et d'autres facteurs qui ont conduit à sa perte. Pourtant, il est possible pour une entreprise de se relever après une faillite. Cela nécessitera cependant un travail acharné et une stratégie bien pensée.

En premier lieu, l'entreprise doit comprendre les raisons de son échec et tirer des leçons pour éviter ces erreurs à l'avenir. Elle doit ensuite faire appel à des professionnels compétents pour la conseiller sur la manière dont elle peut relancer ses activités.

Vous devez être nouveau. Effectivement, beaucoup d'entreprises voudront recouvrer leurs pertes financières rapidement, mais cela ne sera possible qu'en prenant soin de toutes les étapes du processus. La réorganisation interne devra être optimisée avec un objectif clair : retrouver rapidement sa clientèle tout en améliorant ses produits ou services afin d'avoir un avantage concurrentiel.

L'une des solutions serait aussi d'avoir recours aux principaux actionnaires ou investisseurs potentiels qui peuvent apporter leur soutien financier ainsi que leur expérience professionnelle.

Néanmoins, chaque plan prévoira toujours comme conséquence une période difficile pendant quelques mois voire années avant que l'entreprise puisse se redresser complètement.

Si réussir dans le milieu entrepreneurial n'est jamais facile, savoir se relever après avoir connu la faillite demande encore plus d'énergie. Toutefois, il est possible de repartir du bon pied en tirant parti des erreurs passées et en s'entourant d'une équipe compétente capable de donner un nouveau départ à son entreprise.

Les conséquences financières et sociales de la faillite pour les parties prenantes

La faillite d'une entreprise peut avoir des conséquences financières et sociales néfastes pour toutes les parties concernées. Les créanciers peuvent être les plus affectés par la faillite, car ils risquent de ne jamais récupérer leur argent prêté ou investi dans l'entreprise.

Les employés sont aussi directement touchés : en effet, une fois qu'une entreprise est déclarée en faillite, le personnel n'est souvent pas payé pendant des mois voire des années et peut perdre son emploi. Lorsque l'on prend en compte la fermeture d'une usine ou d'un bureau situé dans une zone rurale, cela peut avoir un impact économique sur tout un territoire.

Pour les actionnaires qui ont investi dans l'entreprise via l'achat de parts ou d'actions, la situation est souvent catastrophique : leurs investissements se retrouvent à zéro. Les fournisseurs eux aussi peuvent subir les effets de la faillite ; si une entreprise fait appel à divers fournisseurs pour ses approvisionnements quotidiens, ceux-ci peuvent ne pas être payés suite à un défaut de paiement lorsqu'elle se trouve en situation difficile.

La société elle-même doit supporter plusieurs coûts liés à sa propre faillite. Elle doit satisfaire aux exigences légales pour terminer ses activités officiellement devant les autorités compétentes, ce qui a nécessairement impliqué quelques frais juridiques. Cela signifie que tous les biens doivent être vendus afin d'encaisser autant que possible avant tout remboursement aux créanciers. Comme mentionné ci-dessus, les employés peuvent être licenciés et ne plus recevoir leur salaire ou leurs avantages sociaux, ce qui peut avoir des conséquences à long terme sur la qualité de vie.

Une entreprise en situation de faillite peut aussi subir une pression réduite de la part du marché ; en effet, si elle est contrainte d'arrêter ses activités car elle n'est plus compétitive, cela signifie qu'elle a perdu sa place dans le secteur économique. Les concurrents qui ont pris le relais sont souvent mieux armés que l'entreprise défaillante pour répondre aux besoins des clients et innover afin d'être toujours au top.

Pensez à bien faire preuve d'empathie envers tous ceux qui sont touchés directement ou indirectement par cette perte majeure.