Sélectionner une page

Le statut d’autoentrepreneur possède de nombreux avantages pour le créateur d’entreprise. La création d’une entreprise avec ce statut est facile et rapide. Les formalités administratives à réaliser sont également très simples. Mais, un autoentrepreneur va parfois être contraint de passer à un statut de SARL ou de SAS. Dans quel cas est-il utile de changer la forme juridique de son entreprise ? Quels sont les différences entre ces différentes formes d’entreprises et ces différents statuts juridiques ?

Pourquoi quitter l’auto entreprenariat et créer une société ?

Si l’autoentreprise est simple à gérer et à créer, elle possède néanmoins quelques limitations. Il n’est pas possible de s’associer avec quelqu’un d’autre. Aussi, l’autoentreprise n’est pas une personne morale distincte. C’est une personne physique représentée par l’entrepreneur. Le patrimoine de l’entrepreneur n’est donc pas séparé de celui de son entreprise. Les dettes contractées par l’entrepreneur lors des activités de son entreprise sont donc dues par le gérant. Le patrimoine du gérant n’est donc pas protégé.

Il existe également de nombreuses limites fiscales pour l’autoentreprenariat. L’autoentrepreneur ne récupère pas la TVA et ne peut pas déduire ses charges. Cela peut être un problème pour certaines activités. Aussi, les impôts sont prélevés directement sur le chiffre d’affaires (qui sont, par défaut, les revenus de l’entrepreneur).

Il y a également des limitations au niveau du chiffre d’affaires maximum possible.

Dans le cas de la vente de services, de chiffre d’affaires maximum d’un autoentre preneur ne peut pas dépasser 70 000 €. En ce qui concerne les activités de commerce, le chiffre d’affaires maximum est de 170 000 €. Si un autoentrepreneur s’approche de ces plafonds, il devra réfléchir à la création d’une société « classique ».

Les avantages de l’EURL, de la SARL et de la SAS

L’autoentrepreneur, comme son nom l’indique, va travailler seul. Il ne peut pas embaucher de salariés. Si l’entreprise marche bien et que l’activité de l’entreprise croit, il faudra sans doute penser à embaucher de nouveaux collaborateurs et à investir dans l’entreprise. En cas d’investissement important, il peut être intéressant de récupérer la TVA et de changer le modèle économique de l’entreprise. Aussi, pour avoir des investisseurs dans l’entreprise, il faut pouvoir séparer l’entreprise en parts sociales, ce qui n’est pas possible dans le cadre d’une autoentreprise.

Il y a donc beaucoup de raisons pour lesquelles un auto entrepreneur souhaiterait modifier la forme juridique de son entreprise. Mais comment créer une société lorsque l’on est entrepreneur ?

Les formalités de création d’une entreprise classique

Les formalités pour la création d’une personne morale sont bien plus importantes que celles pour l’autoentreprise. Pour devenir autoentreprenneur, il suffit de réaliser une déclaration d’activité sur Internet. Elle est gratuite.

Les formalités nécessaires à la création d’une entreprise de type EURL, SARL ou SAS sont relativement identiques mais sont bien plus complexes.

La création d’une personne morale entraîne la nécessité de rédiger des statuts et de les enregistrer. Afin de rédiger ces statuts, il faut se faire accompagner par un avocat, ce qui entraîne des coûts importants. Il faut ensuite payer pour l’enregistrement des statuts de l’entreprise auprès du greffe du département. Il faut également réaliser la publication d’une annonce légale dans un journal habilité par la préfecture (JAL). C’est ce qu’on appelle l’avis de constitution de la société. Il permet d’informer les gens de la création de l’entreprise.

Il faudra, dans certains cas, nommer un commissaire aux comptes. L’ouverture d’un compte bancaire professionnel est obligatoire afin de déposer le capital social auprès de la banque. Tout cela va entraîner de nombreux frais.

La création d’une entreprise de type SARL, EURL, ou SAS va coûter au minimum plusieurs centaines d’euros. Au moment de modifier la forme juridique de la société, il faut bien se renseigner sur les avantages et les inconvénients de chaque type de structure pour éviter de devoir refaire toutes ces formalités une deuxième fois.